Nous avons récemment publié sur notre blog un article sur les millions de fiches d’entreprises supprimées de Google Maps. Cette vague de suspensions était une action un peu exagéré, presque désespérée, de notre point de vue, de la part de Google. Ce n’était qu’une réponse à l’article de recherche fait par le journal Wall Street Journal, sur les fausses entreprises publiées sur Google Maps.

Cette recherche a été faite par les journalistes du Wall Street Journal, Rob Copeland et Katherine Bindley.  Rob Copeland est le journaliste chargé de couvrir des nouvelles de Sillicon Valley et Google pour ce journal américain. C’est-à-dire, il est chargé de faire la recherche de Google et d’exposer son linge sale. Katherine Bindley, est chargée de couvrir et d’enquêter sur la technologie personnelle pour le WSJ.

 

Soupçons sur les résultats de recherche locale Google

Notre ami Rob Copeland a appris de différentes sources que quelque chose d’étrange se passait sur Google. En effectuant des recherches locales génériques comme, par exemple, « plombiers près de moi », « électriciens près de moi », beaucoup de résultats de recherche apparaissent situés dans des zones géographiques proches de la ville d’où la recherche a été effectuée. Mais si l’on prêtait attention à ces résultats et qu’on les analysait, la plupart d’entre eux sembleraient faux ou trompeurs.

Et ce n’est pas comme si les entreprises qui apparaissent dans ces résultats de recherche n’existaient pas vraiment. Mais souvent, ces entreprises n’étaient pas situées dans ces zones géographiques, bien qu’elles apparaissent dans les premiers résultats de recherche locaux de Google.

 

L’ennemi à la maison : fausse fiche d’entreprise à Mountain View

Mountain View étant son lieu de travail habituel, le journaliste lui-même a décidé d’expérimenter et d’effectuer ces recherches lui-même. L’une des recherches qu’il a faites pour ses tests a été « avocat des accidents de voiture ». Douze résultats de recherche « locaux » ont été générés sur Google, situés à Mountain View. Rob Copland décide alors de visiter chacune de ces entreprises, pour confirmer si les données qui apparaissent dans les résultats de recherche étaient corrects, actuelles et surtout réelles.

 

Des millions de fausses entreprises sur Google Maps

Beaucoup de ces résultats ont montré de faux emplacements sur Google Maps. Rob, un journaliste intrépide, a décidé de se rendre à  ces adresses et d’essayer ainsi de trouver les entreprises affichées, pour confirmer les données affichées sur Google. Évidemment, personne ne savait de quoi il parlait quand il a demandé des avocats d’accidents de voiture situés à ces emplacements. Certaines d’entre elles étaient en fait des adresses de magasins locaux. D’autres encore étaient des maisons privées dans des quartiers résidentiels aux numéros de rue qui n’existaient même pas. Dans sa curiosité journalistique, Rob se promenait même dans le quartier, pensant qu’il était peut-être désorienté et que les bureaux des avocats étaient vraiment situés là, dans un jardin, dans une ruelle d’accès difficile. Mais dans la plupart des cas, ce n’était pas le cas.

La première affaire liée à sa recherche qu’il a pu localiser, était seulement après sa première tentative. Et c’est qu’apparemment, seulement 1 entreprise sur 12 pour le résultat de recherche « avocats accidents de voiture », à Mountain View, existait réellement avec les données que les résultats de recherche de Google montraient.

Les utilisateurs se fient-ils aveuglément à Google?

Selon les propres mots de Rob Copeland, le fait qu’il y ait tant de faux profils d’entreprises sur Google Maps est très important. Surtout parce qu’en tant qu’internautes, nous faisons pleinement confiance à cette plateforme pour rechercher des entreprises dont nous avons besoin, des endroits que nous voulons visiter, pour demander des indications sur la façon d’y arriver, pour consulter des restaurants où nous voulons aller manger, etc.

Google Maps est la plus grande numérisation jamais réalisée dans le monde réel où nous évoluons. Par conséquent, le fait que nous rencontrions ces entreprises trompeuses nuits à la réputation de Google en tant que plate-forme de confiance.

 

Google propose des outils pour faciliter ces actions

Les experts estiment qu’il existe environ onze millions d’entreprises fausses, ou fallacieuses, sur Google Maps. Beaucoup d’entre elles profitent de cet outil pour faire une concurrence déloyale à des entreprises qui offrent des services similaires. D’autres peuvent directement tenter d’escroquer et de mettre en danger le consommateur final, ce qui constituerait un problème grave.

Nous ne pouvons pas nier que, parfois et, selon le type de services, l’affichage de fausses données sur Google peut être délicat. Mais nous comprenons aussi que ces entreprises ne profitent que des outils offerts par Google et en tirent le meilleur parti possible. Même si cela peut entraîner des violations des politiques de contenu de la plate-forme. Plate-forme gratuite, d’ailleurs, tout comme Google My Business et qui dépend également des collaborations des utilisateurs (n’oubliez pas l’importance du programme Local Guides). Google économise les salaires des employés qui mettent à jour la base de données de Google Maps, en prenant le risque que certains utilisateurs signalent des informations fausses comme vraies, ou vraies comme fausses. Une arme à double tranchant.

 

Comment tirer profit de Google jusqu’au bout

Avec Rob Copland, Katherine Bindley, également journaliste au Wall Street Journal, a travaillé sur cette enquête. Elle insiste sur le fait d’appeler la plupart de ces résultats de recherche « faux business », ou des fiches d’entreprise affichées sur Google, n’est pas tout à fait correct. Ce ne sont pas des entreprises qui n’existent pas vraiment, mais des entreprises qui profitent de Google Maps. En publiant vos informations et services dans les zones géographiques qui vous intéressent, même si vous n’y avez pas de présence physique réelle. Les entreprises intéressées à obtenir les résultats de recherche les plus pertinents pour les mots clés qui peuvent leur donner plus de visibilité dans les villes ou les zones où ils peuvent offrir des services, ou où ils peuvent progressivement se développer. Pour eux, c’est une autre stratégie pour obtenir des leads et de gagner de nouveaux clients.

Le problème que nous pose le WSJ n’est pas d’avoir une entreprise de plomberie qui doit venir d’une ville voisine pour réparer une panne. Le problème est que, par exemple, si votre enfant tombe malade et que vous cherchez un hôpital ou une clinique de pédiatrie où l’emmener. Si les informations que vous consultez sur Google Maps ne sont pas réelles, cela pourrait poser un problème assez grave.

 

Confirmer les sources d’information des entreprises avant de les consulter

Dans de tels cas, si vous cherchez par exemple « urgences pédiatrie » les informations qui apparaissent sur Google pourraient ne pas montrer à un pédiatre professionnel, mais pourraient montrer un médecin ambulant qui ne peut pas examiner le patient, mais  seulement prescrire certains médicaments…

Cela nous semble être un cas vraiment extrême, qui pourrait être réel, mais qui est assez bizarre pour qu’il puisse se produire, au moins sur le marché espagnol (ou du moins c’est ce que nous espérons). En outre, faire pleinement confiance aux informations qui nous sont montrées dans les résultats de recherche, sans visiter le site web de l’entreprise, sans passer un appel préalable, sans consulter d’autres sources, etc. Nous semble trop naïf; surtout si nous recherchons des informations liées à une sorte d’urgence sanitaire.

 

Comment publier une fausse fiche d’entreprise sur Google Maps ?

 

À partir de ces informations, le WSJ a cherché à étudier comment ces entreprises fausses ou trompeuses peuvent apparaître sur Google Maps. Ils ont aussi voulu savoir qui réussi non seulement àles publier, mais aussi à les placer dans les premières positions des résultats de recherche. Même s’ils ne sont pas situés dans des zones géographiques proches de l’endroit où se trouve l’utilisateur effectuant la recherche.

Ils sont ainsi parvenus à contacter un site Web qui vend directement les services de positionnement de faux fiches sur Google Maps. Curieusement, nous avons essayé de trouver l’entreprise mentionnée dans l’enquête du WSJ, mais nous ne l’avons pas trouvée. Il est possible qu’un faux nom ait été donne par rigueur journalistique, ou que Google ait bloqué ce site après avoir découvert son existence.

Selon les recherches de Katherine, cette société dispose d’équipes de création de fiches et de positionnement dans des recherches Google dispersés dans le monde entier. Dans les pays d’Afrique, d’Asie et la Russie, en plus des États-Unis. La société génère des fiches d’affaires avec l’apparence » de l’entreprise réelle, afin qu’ils puissent même passer à travers les filtres de sécurité et de vérification de Google My Business.

 

Ne pas enfreindre les lois, jouer avec les limites de Google

Un problème réel engendré par ce type d’activités est une concurrence déloyale potentielle entre entreprises. En raison de ces fiches d’entreprise positionnées, d’autres entreprises locales peuvent être affectées négativement, en perdant la possibilité d’être contactées par le biais des recherches Google.

Nous en arrivons maintenant à un point clé de la recherche menée par le WSJ que nous avons déjà mentionné précédemment : ces activités ne violent aucune loi, mais contournent simplement les politiques de contenu de Google.

Évidemment, Google peut les pénaliser, suspendre les onglets et supprimer ces profils de Google Maps. Mais ce sera là toute l’importance que ces types d’activités et d’entreprises obtiendront.

 

Les règles du jeu de Google sont les mêmes pour tous

Nous devons comprendre ici que Google offre les mêmes outils et possibilités à tous. Ce qui s’est passé dans des cas comme celui-ci, c’est que certains utilisateurs ou entreprises vont à la limite des possibilités que Google leur offre. Oui, jusqu’à ce qu’ils soient chassés, comme c’est arrivé avec la vague de suspensions de fiche de Google Maps a mentionné au début de cet article et sur notre blog.

 

Que fait Google pour lutter contre le SPAM et les fausses entreprises ?

La prochaine étape logique après avoir rassemblé ces informations, c’est de prendre contact avec Google et de lui demander son avis. Quelle a été sa réponse ?

Google travaille tous les jours pour combattre ces escrocs. Les sources d’informations des entreprises publiées font l’objet d’un examen, mais ce n’est pas toujours le cas. Et il y a d’autres actions menées par cette multinationale qui ne peuvent pas être discutées en public.

 

La réputation numérique de Google en danger

Selon Rob Copeland, Google bénéficie de ce type d’activités, car plus le paysage d’une activité commerciale, ou catégorie d’affaires, est infesté de profils faux ou trompeurs, plus grand sera le besoin des entreprises de recourrir à des annonces de paiement via la plate-forme Google Ads. Ainsi, vous pouvez être dans les premières positions des résultats de recherche : en payant.

En ce sens, Google n’a pas intérêt à ce que ces activités cessent, car elles lui procurent de nombreux avantages qu’ils ne sont certainement pas prêts à perdre. Pourquoi l’arrêter alors que c’est un bon moyen de gagner plus ? Nous autres les utilisateurs, à la fin, nous continuerons à utiliser le moteur de recherche Google, la carte Google, le navigateur Google, etc. Comme ils sont toujours parmi les meilleurs outils disponibles en fait et qui, pour le moment, sont encore gratuits.

 

Google réagit, à sa façon

Un autre fait curieux, c’est qu’après avoir reçu les informations recueillies dans le cadre de l’enquête de Rob, Google a pris les choses en main et a supprimé de nombreux faux profils de Google Maps. Pas seulement ceux trouvés dans les recherches de Mountain View, mais dans le monde entier. Près de trois millions de profils ont été suspendus et supprimés.

Google a également publié un communiqué officiel rendant compte des  actions menées. En démontrant ainsi que, face à ce type de situation, ils sont plus réactifs que proactifs puisqu’ils peuvent effectivement se permettre de l’être.

Bien sûr, la réputation de Google en tant qu’entreprise de confiance peut être affectée, mais à tel point que sa position privilégiée en tant que moteur de recherche et répertoire d’entreprises sur Internet soit compromise ? On en doute pas mal.

Disponible también en: Español